Les Samedis  10 mars - 31 mars  

 

Les 5 rites tibétains sont 5 exercices pour stimuler les 7 centres d'énergie et les 7 glandes endocrines associées : les glandes sexuelles, les surrénales, le pancréas, le thymus, l'hypophyse et l'épiphyse.

Bien sûr, tout l'organisme en profite : les muscles, les tendons, les articulations se renforcent. nous mettons en mouvement tout le devant et tout l'arrière du corps, la colonne vertébrale "danse". 

Revitaliser, tonifier, les 5 exercices aussi amènent une grande paix intérieure.

Je vous propose de terminer les exercices par une assise silencieuse.

Pratique d'harmonisation des 7 centres énergétiques suivi d'une méditation.

5 exercices qui vous mettront en forme en ce printemps pour longtemps ! 

... en se souvenant qu'une pratique apporte beaucoup, uniquement si on la pratique ! 

A la question de R. sur les réseaux sociaux : "- pourquoi appelle-t-on cela "rite"" :

" J'ai intentionnellement repris le terme rite, puisque d'une part les exercices sont nommés comme cela dans le livre de Peter Kelder, d'autre part, dire ce mot, c'est la proposition de se mettre en relation directe avec l'idée d'un mouvement, pour ne pas dire de la transformation (les effets de la pratique). Cela encourage la régularité, chaque jour, quelques fois dans la semaine ... S'imprègnent alors les mouvements que tu vois sur la vidéo dans le corps physique et énergétique. Beaucoup font l'expérience rapidement de bien-être et de vitalité croissante, améliore la posture et la respiration, apaise le mental...

Ce serait trop long de te décrire ici mon vécu il y a plus de 15 ans, et aujourd'hui encore. Le plus intéressant je crois, est que tu en fasses toi-même la traversée. Le terme rite invite à la relation, toi seul décide avec quoi. Finalement tout est une question de motivation. Toujours.  La motivation questionne immédiatement l'intensité."                                                                                                                

             N. Liège

Lecture : Les 5 tibétains de Peter Kelder